Historique

Dans les années 60, George Goodheart, chiropracteur américain, développe, à partir des découvertes de la médecine occidentale et des principes de la médecine traditionnelle chinoise, un système appelé Kinésiologie Appliquée, réservé aux professionnels médicaux.

John Thie, chiropracteur également, simplifie et vulgarise une partie de ces découvertes pour rendre la kinésiologie praticable en milieu familial. Ainsi naît le Touch for Health, technique d’équilibration énergétique qui servira de base aux autres branches de kinésiologie citées ci-dessous.

Paul Dennison, enseignant de formation, adapte les techniques de kinésiologie aux difficultés d’apprentissage. Il met au point l’Educational Kinesiology / Brain Gym qui facilite l’intégration des hémisphères cérébraux par des mouvements spécifiques.

Frank Mahony, sportif et entraîneur, met au point la méthode Hyperton-X qui permet l’intégration du corps, du mental et de l’esprit, et aide ainsi à libérer les tensions empêchant la personne de trouver un équilibre, et ce dans des domaines aussi divers que les difficultés d’apprentissage, les baisses de performance sportives et autres, les difficultés émotionnelles et relationnelles, les questionnements spirituels, etc. Ce cours s’appelle aujourd’hui Core Kinesiology, la kinésiologie de l’axe.

Wayne Topping, docteur en géologie, s’est également basé sur le Touch for Health, la naturopathie et d’autres branches de la kinésiologie pour développer des cours très intenses consacrés à la gestion du stress, de soi-même et de sa vie et regroupés sous le nom de Wellness Kinesiology.

Enfin, Richard Utt propose d’aller encore plus loin en kinésiologie de par la vision holographique de l’être humain qui est la sienne. Cette branche, la Physiologie Appliquée, d’un haut niveau professionnel, constitue la base de nombreuses recherches actuelles en kinésiologie ; elle est aussi à l'origine de nouvelles branches de kinésiologie créées entre autre par Ian Stubbings (SIPS) et par Guy Coupremanne (Kinésiologie Fractale).